?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Lettre à la Présidente du Conseil supérieur des programmes

Lettre adressée à la Président du CSP le 26 septembre 2018

Madame la Présidente,

Le Conseil supérieur des programmes a décidé de consulter les associations professionnelles et les organisations syndicales pour recueillir leurs « propositions et préconisations » sur certains projets de programmes.

Dans ce cadre, le CSP a souhaité rencontrer l’APPEP le 5 octobre 2018.

Cette invitation nous surprend dans la mesure où l’APPEP a déjà formulé ses « propositions et préconisations » au printemps dernier, lors de deux audiences que vous avez bien voulu nous accorder ainsi que dans une contribution écrite. L’APPEP souhaite que les programmes de spécialité définissent une partie philosophique distincte d’une partie littéraire, exige que soient garanties une répartition égale de l’horaire en Première et en Terminale (deux heures puis trois heures pour chaque discipline) et une correction séparée des parties philosophique et littéraire de l’épreuve du baccalauréat. Elle attend enfin qu’une solution soit trouvée au problème de l’articulation de l’enseignement commun aux cours de spécialité.  

Puisque les propositions de l’APPEP sont connues, qu’aucun élément nouveau n’est intervenu depuis leur publication, la rencontre que vous nous proposez ne se justifierait que pour discuter des projets de programmes élaborés par le groupe d’experts. Or, vous avez refusé de nous les communiquer — malgré la demande conjointe des associations de spécialistes membres de la Conférence — au motif qu’ils ne seraient pas « consolidés ».

Nous nous étonnons donc que des projets de programme semblent d’ores et déjà circuler et particulièrement que les représentants des éditeurs aient été reçus par le CSP avant ceux des professeurs.

Il va de soi qu’une association professionnelle ne saurait former son jugement sur des rumeurs et des fuites, et pas davantage se prononcer sur un programme qu’elle n’a pas eu le temps d’étudier.

Maintenant que le travail précipité du groupe d’expert est achevé, il est manifestement trop tard pour discuter des orientations de son travail ; mais vous nous dîtes qu’il est trop tôt pour prendre connaissance du contenu des programmes. La rencontre que vous nous proposez est donc pour l’APPEP sans objet.

Aussi, est-elle obligée de décliner votre invitation.

L’APPEP prendra toute sa part à la consultation que la Dgesco s’est engagée à organiser et appellera tous les professeurs de philosophie, légitimement attachés à un enseignement disciplinaire, à y participer massivement. Elle attend qu’il ne s’agisse pas d’une formalité et que leurs avis soient pris en compte.

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de notre respectueuse considération.

Pour le Bureau national de l’APPEP,

Nicolas Franck

 

Réponse du Secrétaire général du CSP, le même jour

Monsieur le Président, 

Nous accusons bonne réception de la lettre que vous avez adressée à Madame AYADA et prenons acte de l’absence de votre association à l’audience que nous vous avions proposée le vendredi 5 octobre matin.

Madame la Présidente, deux des quatre copilotes du groupe d’experts chargés d’élaborer le projet de programme de l’enseignement de spécialité « Humanités, littérature et philosophie », les représentants de la SOPPHI et de l’ACIREPH, et moi-même discuterons donc sans vous les caractéristiques du projet, que les copilotes présenteront lors de la réunion comme ils l’ont fait devant les représentants des éditeurs scolaires.

Très respectueusement, 

David BAUDUIN
Secrétaire général du Conseil supérieur des programmes