?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Assemblée Générale du 9 juin 2018

 

L’assemblée générale s’est tenue le samedi 9 juin 2018, de 14h à 16h30. Malgré une annonce faite plusieurs semaines à l’avance, trop peu de collègues s’étaient déplacés. Pourtant, les circonstances sont telles – avec les réformes en cours – que notre profession a tout particulièrement besoin de s’organiser. Les collègues présents ont d’ailleurs évoqué cet état de fait, avançant plusieurs explications possibles, dont la désaffection ambiante pour l’engagement au sein des corps intermédiaires, la disparition de la réforme Blanquer dans l’actualité au profit de Parcoursup et la technicité de la réforme qui empêche parfois d’en évaluer les conséquences.

 

C’est logiquement cette réforme et les engagements de l’APPEP qui ont occupé l’essentiel de la discussion. La position de notre association vis-à-vis du rapport Mathiot d’abord, puis de la réforme Blanquer ensuite, a été rappelée par Alain Champseix puisque, en sa qualité de membre du Bureau National, il participe à tous les travaux sur ce sujet. Philippe Blanc, fort de son engagement dans la Conférence des associations de spécialistes, a, pour sa part, rappelé que l’action de l’APPEP s’inscrivait systématiquement à deux niveaux :

1- une défense de l’enseignement en général, au sein de la conférence et dans le souci constant d’un partenariat plutôt que d’une concurrence des disciplines ;

2- une défense de l’enseignement philosophique, au sein de l’association et au service d’une conception exigeante de la philosophie.

 

Parmi les craintes suscitées par la réforme, on peut mentionner celle d’une patrimonialisation de la philosophie, mise en vitrine par le gouvernement comme une originalité de la culture française, mais considérée comme morte, alors qu’elle est une pratique vivante et précieuse dans la formation des jeunes citoyens. Faire vivre la philosophie et non l’asphyxier, tel fut le sens de la plupart des échanges : un volume horaire conséquent, un coefficient cohérent, un examen intégré au calendrier des autres épreuves, des effectifs décents… sont autant de conditions à satisfaire pour faire de l’enseignement de la philosophie une pratique effective.

 

Les derniers moments de la réunion sont consacrés aux opérations qui font la vie d’une association. Il est ainsi décidé de ne pas reconduire un bureau régional défini selon les mêmes modalités que le bureau national, avec président, vice-président, trésorier et membres du bureau. On s’entend pour désigner un responsable régional et des délégués départementaux. Seul le poste de trésorier, indispensable, est préservé.

 

Philippe Blanc demeure trésorier de la régionale ; Alain Champseix est choisi pour être le responsable de la régionale, ainsi que son représentant dans le Loiret. Simon Perrier accepte d’être celui de l’Eure-et-Loir et David Lebreton, celui de l’Indre-et-Loire. Il est convenu de solliciter quelques collègues pour les autres départements.

 

Etabli par David Lebreton, président de séance.