?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Audience auprès du doyen le 3 mai 2018

Participaient à cette audience :

Frank Burbage, Doyen du groupe de philosophie de l’inspection générale

Nicolas Franck, Président de l’APPEP

Marie Perret, Vice-présidente de l’APPEP

 

À la demande de l’APPEP, Frank Burbage, doyen du groupe de philosophie de l’inspection générale depuis le 27 novembre 2017, a reçu l’Association le 3 mai 2018. La première partie de l’entretien, qui portait sur des questions régionales, a fait l’objet d’un compte rendu séparé.

 

 

La réforme de l’épreuve de philosophie en série STHR

La réforme de l’épreuve de philosophie en STHR entre en vigueur à la session 2018. Les candidats ont à traiter, selon leur choix, un sujet de dissertation, un sujet dit « de composition » et une explication de texte assortie de questions plus nombreuses et ressortissant d’un schéma différent de celui des sujets des autres séries de la voie technologique.

Frank Burbage nous informe qu’une commission de suivi de la réforme a été récemment mise en place sous la double autorité de la DGESCO, représentée par Mathieu Montheard chef du bureau des formations générales et technologiques, et de l’inspection générale, représentée par Frank Burbage et Mark Sherringham. Celle-ci s’est réunie pour la première fois le 2 mai. Elledressera un premier bilan à la rentrée 2018, à partir des témoignages des correcteurs, de l’avis de professeurs enseignant en STHR, de celui des concepteurs de sujets qui seront consultés à l’automne prochain par les IA-IPR dans leurs académies respectives. Les associations seront reçues par la commission de suivi, à l’automne 2018. Ce bilan sera complété en janvier 2019, lorsque seront connus les éléments chiffrés que collectera la Direction de l’évaluation de la prospective et de la performance (DEPP). Dans le cadre de la réforme du baccalauréat, c’est en Janvier 2020 que devront être élaborées les notes de service relatives aux épreuves du nouveau baccalauréat (voie générale et voie technologique). 

Nous rappelons la position de l’APPEP sur les épreuves et l’enseignement en séries technologiques. Les professeurs de philosophie ne sont pas satisfaits de l’épreuve actuelle, comme en témoignent les réponses qu’ils apportent chaque année à l’enquête de l’APPEP sur le baccalauréat. Ils expriment massivement leur souhait d’une refonte raisonnée de l’épreuve. Nous réitérons donc notre demande d’une réflexion collégiale impliquant toute la profession sur l’épreuve de philosophie dans les séries de la voie technologique. 

Nous interrogeons Frank Burbage sur l’extension de ces nouvelles épreuves aux autres séries de la voie technologique, car il nous semble peu crédible que le ministère mobilise un dispositif aussi lourd pour les 2500 élèves de la seule série STHR. Il nous répond qu’il n’a aucune information sur ce point précis, et que les réflexions en cours – y compris les travaux de la commission de suivi –  s’inscrivent dans le contexte général de la réforme du lycée (voie générale et voie technologique).

En tout état de cause, nous regrettons que l’ensemble des professeurs de philosophie ne soient pas consultés et que seuls les collègues qui conçoivent les sujets de la série STHR, y enseignent ou en corrigent les copies de baccalauréat soient interrogés par la commission de suivi. Nous demandons au minimum une consultation de tous les professeurs de philosophie enseignant dans les classes de la voie technologique. Notre interlocuteur répond qu’une telle initiative n’est pas du ressort de l’inspection générale. 

Nous rappelons également que les professeurs de philosophie ne sont pas satisfaits non plus des conditions de leur enseignement en séries technologiques. Ils déplorent la perte du dédoublement. Celui-ci est pourtant la condition nécessaire d’un travail ajusté aux besoins et aux possibilités d’écriture des élèves.Nous rappelons notre demande insistante d’un dédoublement systématique de la deuxième heure de cours au moins en séries technologiques. Frank Burbage nous assure que le groupe de philosophie de l’inspection générale est bien conscient de ces difficultés et intervient régulièrement sur cette question auprès de ses différents partenaires institutionnels

 

La réforme du baccalauréat et du lycée

Proposition commune des groupes philosophie et lettres de l’inspection générale

Le doyen nous informe que le groupe de philosophie de l’inspection générale a travaillé avec le groupe de lettres à la conception d’une proposition de programme pour la spécialité « Humanités, littérature et philosophie ». Leur proposition a été soumise au CSP qui a récemment auditionné Frank Burbage ainsi que le doyen du groupe de lettres de l’inspection générale. Elle prévoit deux programmes différenciés pour la philosophie et la littérature avec des passerelles, un cadrage national de l’horaire, un partage égal des heures en Première et en Terminale ainsi qu’une épreuve composée de deux exercices distincts, un exercice littéraire et un exercice philosophique, chacun corrigé par les professeurs de l’une et l’autre discipline. 

L’accord des deux groupes de spécialité de l’IGEN sur cette proposition de programme a été facilité par le fait que l’inspection de lettres est très attachée à l’enseignement de la littérature tel qu’il est actuellement dispensé en Terminale littéraire. Les deux groupes de l’inspection générale considèrent par ailleurs qu’un enseignement intégré sans disciplinarité et interdisciplinarité bien constituées, sur le plan intellectuel comme sur celui des ressources humaines, ne serait pas une bonne chose. Nous répondons qu’un programme commun, à l’instar de celui que l’APPEP a élaboré avec l’APLettres et proposé au CSP, n’exclut nullement le respect des spécificités disciplinaires, le cadrage national, le partage égal des heures, et une épreuve comportant deux exercices distincts que l’APPEP exige aussi.

 

Frank Burbage nous informe qu’il co-pilotera au CSP, avec Pierre Guenancia, le groupe d’experts chargé de l’élaboration du projet de programme pour l’enseignement de  tronc commun. Ce groupe se réunira pour la première fois à la fin du mois de mai. En revanche, le groupe de philosophie de l’inspection générale n’a pas été sollicité pour participer à l’élaboration du programme de la spécialité « Humanités, littérature et philosophie ». Le doyen ne peut nous donner d’information plus précise à propos de la composition des commissions, celle-ci n’ayant pas été encore officialisée par le CSP. Il rappelle l’autonomie institutionnelle et fonctionnelle du CSP. 

 

Les autres spécialités

Nous regrettons que la philosophie n’ait pas été associée à d’autres disciplines, comme les mathématiques, les sciences physiques ou encore les sciences économiques et sociales. La spécialité « humanités, littérature et philosophie » ne compensera pas, à elle seule, la diminution des effectifs que la disparition de la filière littéraire engendrera certainement. Un enseignement approfondi et homogène de la philosophie ne sera plus possible.

Nous demandons à Frank Burbage s’il dispose d’informations à propos de l’introduction d’un enseignement de philosophie dans la nouvelle spécialité « Humanités, langues et civilisations de l’Antiquité ». Il n’en a pas, mais fait remarquer que les professeurs de philosophie sont parfois appelés à intervenir dans l’enseignement des langues et culture de l’Antiquité en classe d’hypokhâgne, à l’invitation de leurs collègues de Lettres classiques.Cette pratique sera-t-elle étendue en Première et en Terminale ? 

Nous faisons observer que, si elle devait être introduite, cette spécialité serait de toute manière proposée dans un très petit nombre d’établissements.

 

Incidences de la réforme sur le calendrier scolaire et sur la charge de correction des professeurs de philosophie

Nous disons nos inquiétudes à propos du calendrier de l’année scolaire induit par la réforme du baccalauréat. Les lycées risquent d’être désertés après les vacances de Printemps, lorsque les lycéens auront passé leurs épreuves de spécialité, d’autant que le faible coefficient de l’épreuve de philosophie ne les incitera pas à de grands efforts pour la préparer. La date tardive de cette épreuve diminuera encore les délais de correction. Enfin, la charge que représenteront la correction de l’épreuve de spécialité et celle de l’épreuve terminale du baccalauréat sera écrasante pour les professeurs de philosophie, sans compter qu’ils pourront aussi être convoqués pour participer aux jurys du « Grand Oral ». Frank Burbage partage nos interrogations et certaines de nos inquiétudes. Nous disons notre souhait que les épreuves de spécialité, qui de toute manière ne pourront être prises en compte pour Parcoursup, soient organisées en juin, en même temps que l’épreuve de philosophie.

 

Assises de la philosophie

Nous disons à Frank Burbage qu’il sera ès qualités, ainsi que le groupe de philosophie, invité aux Assises nationales de la philosophie, qui devraient se tenir le 15 juin par l’APPEP, l’Acireph, des organisations syndicales et des départements de philosophie de plusieurs universités. Ilnous dit son accord pour y participer, à condition qu’une invitation en bonne et due forme parvienne au groupe de philosophie.

 

Organisation par l’APPEP d’un colloque sur Georges Canguilhem

Nous informons Frank Burbage que l’APPEP organisera au printemps 2019, avec le concours de Jean-François Braunstein et Camille Limoges, un colloque sur la conception de l’enseignement secondaire de Canguilhem, inspecteur général. Nous demandons quelle procédure suivre pour accéder aux archives relatives à la période où Canguilhem occupa cette fonction. Il nous répond qu’il se renseignera. Nous lui disons notre désir de le voir proposer une communication à ce colloque. Il nousremercie pour cette invitation et nous assure que cette proposition sera transmise au groupe de philosophie, et que la décision sur ce point sera collégiale. 

 

Le baccalauréat 2018

Frank Burbage souhaite nous informerque la charge de correction sera parfois plus lourde cette année, compte tenu du pic démographique (30.000 candidats supplémentaires environ ) et du calendrier qui réduit le nombre de jours de correction. La Dgesco s’est adressée aux différents services académiques d’examens pour leur demander de s’en tenir aux listes de correcteurs établies par l’Inspection. Mieux vaut une augmentation relative du nombre de copies par correcteur qu’une diminution de la qualité de correction. Nous demandons que les académies fassent appel, le plus largement possible, aux professeurs réservistes.

 

Prix lycéen du livre de philosophie

Frank Burbage souhaite revenir sur le Prix lycéen du livre de philosophie pour nous demander d’éviter que cette initiative de l’APPEP puisse être prise pour une émanation du ministère. Nous lui répondons que nous n’avançons pas masqués et présentons toujours le Prix comme une initiative de l’APPEP. Il nous en donne acte, mais craint un « brouillage » avec certaines des manifestations organisées par l’Institution.

 

Nous remercions Frank Burbage pour le temps qu’il nous a accordé ainsi que pour la franchise et la cordialité qui ont présidé à cette audience.

 

Compte rendu rédigé par Marie Perret, avec Nicolas Franck.