?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Envoi au ministère de la pétition « Pour sauver l’enseignement de la philosophie »

Le 11 Novembre 2018 

 

Monsieur le Ministre, 

Monsieur le directeur de cabinet du ministre de l’éducation nationale, 

Monsieur le directeur-adjoint du cabinet du ministre de l’éducation nationale, 

Monsieur le directeur général de l’enseignement scolaire

 

 

Nous vous présentons une pétition des professeurs de philosophie recueillant à ce jour 1850 signatures pour attirer votre attention sur les points suivants : 

1) Les modalités de la « large consultation » des professeurs voulue par le ministère ne permettent pas d’associer ceux-ci à une élaboration réfléchie et concertée des nouveaux programmes, contrairement à ce qui a été annoncé. 

–  les délais – 15 jours, sont extrêmement courts.

–  les informations sont tronquées : nous ignorons tout du contenu du tronc commun, n’avons pas le détail du programme de spécialité en terminale et ne connaissons pas les modalités précises de l’évaluation de la spécialité à l’examen.  

– le questionnaire individuel et anonyme proposé ne permet aucune réflexion et collaboration communes et aucun dialogue. 

 

2) La mise en œuvre de la réforme suscite sur le terrain de nombreux problèmes et inquiétudes auxquels l’ensemble des représentants de l’institution, inspections et directions d’établissement ne peuvent nous apporter aucune réponse : 

– cette spécialité pourra-t-elle être proposée à tous les élèves, autrement dit sera-t-elle implantée dans tous les établissements ? 

– quelles seront les disciplines compétentes pour intervenir et selon quel découpage horaire ?

– comment sera organisée et abondée la possibilité d’y travailler en effectifs réduits ? 

 

Aussi, nous vous demandons d’une part d’organiser une véritable concertation impliquant l’ensemble des professeurs, leurs associations disciplinaires et les autorités référentes de la discipline, et d’autre part un cadrage national, inscrit dans les textes réglementaires, permettant de garantir les conditions dignes de son enseignement. 

Espérant que vous prêterez la plus grande attention à notre demande et serez en mesure de nous apporter des réponses précises, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre très haute considération. 

 

Eva Munoz et Mathilde Chédru, professeures de philosophie aux lycées Jean Monnet et La Bruyère de l’Académie de Versailles.

 

Copie à :

Madame la doyenne générale de l’inspection générale de l’éducation nationale, 

Monsieur le doyen du groupe de philosophie, 

Pièce jointe : le texte de la pétition et la liste des signataires.