?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Compte rendu du Bureau national du 26 septembre 2015

Rédaction du compte rendu: Arnaud Lalanne

 

Le Bureau national de l’APPEP s’est réuni le 26 septembre 2015 de 14 h à 17 h 30 dans la salle De Wailly du Lycée Henri IV.

Présents : Philippe Blanc, Didier Brégeon, Jean-Pierre Carlet, Didier Carsin, Stéphane Clerjaud, Charles Coutel, Éric Delassus, Henri Dilberman, Frédéric Dupin, Bernard Fischer, Nicolas Franck, Pierre Hayat, Arnaud Lalanne, Jean Louis Lanher, Bertrand Nouailles, Marie Perret, Simon Perrier, Gérard Schmitt, Patricia Verdeau.

Absent : Guy Desbiens.

 

1. Hommage à Jean Lefranc.

Il a été décidé de rassembler dans le prochain numéro de la Revue toutes les contributions en hommage à Jean Lefranc et de consacrer une journée à son œuvre.

Gérard Schmitt et Nicolas Franck donnent la liste des contributeurs qui ont accepté de participer à cet hommage. Il est rappelé que la date limite pour l’envoi des textes (d’une longueur maximum de 5000 signes) est le 5 octobre.

Quant à la journée en mémoire de Jean Lefranc, Bernard Fischer présente les grandes thématiques qui y seront abordées.

Tout d’abord, une communication sera consacrée à la « présidence philosophique de Jean Lefranc ». Une deuxième portera plus spécifiquement sur son travail pour réunir les professeurs de philosophie de l’enseignement secondaire et supérieur. Et enfin, Marie José Pernin proposera une mise en abyme : « Jean Lefranc, lecteur de Nietzsche, lecteur de Schopenhauer ».

Charles Coutel insiste sur la nécessité de rassembler tous les articles et de souligner le caractère « combatif calme » de ses éditoriaux (comme celui du premier numéro de l’année 1992, « L’enseignement philosophique comme institution »)

 

2. Attribution des dotations aux Régionales.

Nicolas Franck rappelle le principe décidé lors du dernier Comité selon lequel les attributions sont faites, non pas en fonction du nombre d’adhérents, mais en fonction des activités et des projets de chaque Régionale.

Bertrand Nouailles, pour la Régionale de Clermont-Ferrand, fait part de la venue de Vincent Descombes, dont le répondant sera Alain Petit. En prolongement d’une journée de formation continue, la Régionale organisera son intervention pour une conférence publique, le mardi 17 novembre 2015. C’est l’occasion de mettre en place une rencontre entre les collègues du secondaire et du supérieur. Pour ce faire, une dotation de 200 euros, servant en particulier à couvrir les frais de déplacement, est nécessaire.

Patricia Verdeau, pour la Régionale de Toulouse, annonce une conférence de Robert Damien, sur le thème : « L’Exercice de l’autorité, risques et périls ». Cette séance, en partenariat avec l’ESPE de Toulouse-Midi-Pyrénées et la Société toulousaine de philosophie, s’adresse à tout public et permet également l’articulation entre le second degré et le supérieur. La somme de 100 euros permettrait de couvrir tous les frais.

Arnaud Lalanne, pour la Régionale de Bordeaux, annonce la dépense de 158,10 euros pour la co-organisation de la deuxième Journée de rencontre des professeurs de philosophie consacrée au thème de la morale, qui s’est tenue le 16 septembre 2015 à l’Université Bordeaux-Montaigne. Après ce succès, la Régionale sollicite une attribution de 300 euros pour organiser, en juin 2016, une seconde journée sur le thème : « Faut-il enseigner la morale ? ». Le principe est d’avoir une journée « hors de Gironde », pour rencontrer à terme tous les collègues de l’Académie. Cette journée devrait avoir lieu au lycée Louis-Barthou à Pau.

Le Bureau répond favorablement à la demande des trois Régionales.

Charles Coutel remarque que toute participation de l’APPEP à ce genre de rencontre, quel que soit le montant, est un symbole fort et contribue au rayonnement de l’association et à sa visibilité. D’ailleurs, Bernard Fischer rappelle qu’il a toujours répondu aux sollicitations des Régionales qui lui en faisaient la demande et qui avaient un projet. Cet approvisionnement des trésoreries régionales permet, en outre, de garantir un « principe d’autonomie » ou d’indépendance, selon Jean-Pierre Carlet.

Mais Pierre Hayat note que le montant du « forfait » n’est pas encore fixé. La discussion sur les règles d’attribution des dotations aux Régionales qui anime alors le Bureau prouve que la règle décidée en mai dernier n’est pas assez claire. Stéphane Clerjaud et Nicolas Franck se chargeront donc de les préciser dans un texte qui sera présenté lors de la prochaine Assemblée générale.

 

3. Point sur les projets et les actions en cours (questionnaire sur le baccalauréat, colloque sur l’enseignement du fait religieux et l’enseignement de la philosophie, brochure d’accueil).

* À propos du questionnaire sur le baccalauréat, Pierre Hayat souligne le caractère significatif des premières réponses obtenues : cela représente près de 300 collègues. Il en assurera le dépouillement avec Nicolas Franck et présentera un rapport sur le baccalauréat à l’AG du 21 novembre 2015. Mais il nous faut encore plus de réponses. C’est pourquoi Stéphane Clerjaud indique qu’il lancera un nouvel appel adressé à tous les présidents des Régionales, pour que tous les collègues répondent avant le 15 octobre.

* Le point est fait sur la tenue d’un Colloque sur « l’enseignement du fait religieux et l’enseignement de la philosophie », qui se tiendra le samedi 5 décembre 2015 dans la salle des Conférences du lycée Henri IV. Nicolas Franck indique le déroulement prévu : en première partie, nous écouterons les trois communications suivantes de Philippe Gaudin (Institut européen des sciences religieuses), qui définira le fait religieux, Denis Kambouchner, qui devrait examiner le rapport entre la religion et la culture et Charles Coutel, qui montrera comment enseigner le fait religieux à partir des controverses. En seconde partie, une table ronde réunira des professeurs de différentes disciplines.

* Enfin, Jean-Pierre Carlet expose la situation de la rédaction de la Brochure d’accueil.

Tous les membres du Bureau – formant ipso facto le « comité de lecture » – sont appelés à donner leur avis au plus vite sur les articles mis dans le Cloud. Patricia Verdeau ajoutera un article sur l’histoire de notre enseignement, Frédéric Dupin, un autre sur l’articulation du supérieur et du secondaire, et Simon Perrier, une refonte de son éditorial « Lé démocratie du socle commun et des compétences », pour récuser la progression de la logique des compétences imposée à l’École.

Initialement prévue pour une distribution à la rentrée des vacances de la Toussaint, la brochure ne pourra pas être prête avant janvier 2016, précise Gérard Schmitt, qui compte 6 à 8 semaines de délai entre la remise des textes (fin octobre) et l’édition après la validation du BAT (Bon à tirer).

Nicolas Franck conseille de prendre le temps : c’est un texte qui engage l’association. C’est pourquoi, si nous voyons que le texte n’est pas parfaitement achevé en janvier, nous déciderons de repousser à nouveau sa sortie à la rentrée 2016. Il faudra d’ailleurs mettre l’accent sur ce qui est utile aux stagiaires, et soigner, dans cette optique, les textes méthodologiques, sans oublier les grands textes réglementaires, y compris des extraits des Instructions de 1925.

 

4. Perspectives pour l’EMC.

Nicolas Franck propose une brève synthèse de la contribution de l’IG de philosophie au rapport de l’IGEN intitulé Contribution des inspections générales à la réflexion sur les valeurs de la République, disponible sur le site de l’académie d’Aix-Marseille.

Il faut se réjouir que l’IG se prononce enfin sur l’EMC et appelle à « constituer les ressources pour une approche informée et raisonnée des difficultés liées au thème des valeurs de la République », tâche dans laquelle l’APPEP s’est engagée depuis janvier dernier en créant sur son site une page qui rassemble des « ressources » et des articles de nature à aider tous nos collègues – philosophes ou non – chargés de ce nouvel enseignement.

Néanmoins, Jean-Pierre Carlet et Didier Carsin expriment leur « pessimisme » et Frédéric Dupin craint que les interventions des professeurs de philosophie ne soient plus considérées que comme un simple prolongement des EPI du collège. Ainsi, entre les « Référents laïcité », les coordinateurs, les « Parcours citoyen de l’élève », la « Réserve citoyenne » et la formation de l’élève par des « mesures de responsabilisation », quelle place accordera-t-on finalement à notre discipline ?

Patricia Verdeau attire notre attention sur un autre fait préoccupant : certains Stagiaires de philosophie de l’Académie de Toulouse interviennent beaucoup en EMC et parfois peu en philosophie, ce qui peut poser quelques difficultés pour une première année d’entrée dans le métier, même si ces mêmes stagiaires sont souvent très intéressés par l’EMC.

 

5. Prix lycéen du livre de philosophie.

Nicolas Franck prie les membres du Bureau d’excuser l’erreur d’impression du dernier numéro de la Revue de l’enseignement philosophique : la page 82 qui devait annoncer le Prix lycéen du livre de Philosophie est restée blanche. Le responsable de cette erreur, qui a été commise après délivrance du bon à tirer, en est tout à fait navré.

À sa demande, Nicolas Franck a été reçu le 31 août par Alice Giralté et Fanny Jaffray, conseillères au Cabinet de la Ministre de l’Éducation nationale, pour demander le relais des recteurs, afin que l’annonce du Prix soit diffusée dans tous les lycées, ainsi qu’une aide financière pour permettre à des élèves de toute la France d’assister à la cérémonie de remise du prix au lauréat. Le Ministère n’étant pas partenaire du Prix, il lui est impossible de répondre favorablement à ces deux demandes. Mais ce projet a reçu un accueil très favorable et il nous a été conseillé de faire, pour les prochaines années, une demande de partenariat au MEN. La condition serait qu’un représentant du ministère, vraisemblablement de la DGESCO, participe à la sélection des ouvrages. Cette demande doit être faite en janvier prochain. Il nous a également été conseillé de fixer la date de remise du prix à octobre plutôt que juin, l’automne étant médiatiquement moins chargé que le début de l’été. Il est enfin apparu que si une trentaine de lycées participaient au Prix, dès la première année, ce serait considéré comme un « succès ».

Un contact a également été pris avec des organisations lycéennes, pour les inviter à diffuser l’information de la création du Prix. Le Syndicat général des lycéens et la Fédération des maisons des lycéens ont répondu très favorablement.

Il a enfin été demandé aux IPR d’annoncer ce Prix sur la page de chaque académie consacrée à la philosophie.

Les auteurs des livres sélectionnés et les premiers collègues à avoir réagi se sont montrés très enthousiastes, ce qui laisse penser que le Prix correspondait à une véritable « attente », voire un « besoin », selon leurs formules, et une dizaine de lycées ont d’ores et déjà déclaré leur participation.

En revanche, Adèle Van Reeth, productrice de l’émission de France Culture Les nouveaux chemins de la connaissance, après avoir donné son accord en juin dernier pour organiser une émission avec le lauréat du Prix en présence d’élèves, n’a pas répondu au dernier courrier qui lui a été adressé à la rentrée.

Le prix a maintenant son règlement, son site internet, sa page Facebook, son compte Twitter (encore embryonnaire) et ses affiches (haute définition, basse définition). Des forums sont prêts à accueillir les discussions des élèves. Des sites académiques signalent son existence, ainsi que les éditions Vrin et divers blogs. 

 

Nicolas Franck se montre réservé quant aux conditions fixées par le MEN. Certes, nous aurions une couverture médiatique pus grande ; mais ne perdrions-nous pas alors de notre indépendance ? Comment éviter de devoir choisir un auteur imposé par le MEN ? Stéphane Clerjaud pense que l’APPEP, à l’initiative du projet, a les moyens de le mener sans le MEN.

Concrètement, Didier Carsin remarque que le suivi des élèves participant au concours contraint parfois à se rassembler en dehors des heures de cours, voire aux heures des repas, quand les élèves venant de classes différentes n’ont pas d’autres créneaux pour se réunir. Bertrand Nouailles indique que certains collègues arrivent à utiliser le créneau de l’AP pour conduire le projet, mais il s’agit surtout d’élèves d’une même classe. Pour résoudre ces difficultés, Marie Perret renvoie aux « FAQ » du site du Prix qui indique les meilleures modalités à mettre en place. Il y a également un forum pour débattre et recueillir les témoignages de ce qui « marche ».

Eric Delassus demande, à ce sujet, comment doit se dérouler le vote dans les lycées. Il est recommandé de le faire avec l’aide des documentalistes, en plaçant l’urne qui servira au vote dans les CDI.

Pour faciliter le travail de repérage, Jean-Louis Lanher propose que des membres du Bureau se chargent de « cibler » dans les ouvrages en lice les passages renvoyant aux notions du programme de Terminale. Didier Brégeon accepte de faire ce relevé pour le livre d’Olivier Rey, Une folle solitude. Le fantasme de l’homme auto-construit (Seuil, 2006) ; Marie Perret, pour Penser la laïcité (Minerve, 2014) de Catherine Kintzler ; Patricia Verdeau, pour Revivre. Éprouver nos blessures et nos ressources (Champs-Essais, 2015) de Frédéric Worms ; Jean-Louis Lanher, pour Qu’est-ce que le totalitarisme ? (Vrin, 2014) de Florent Bussy, et Nicolas Franck, pour l’ouvrage de Christophe Genin, Kitsch dans l’âme (Vrin, 2010).

 

6. Pistes pour renforcer les relations de l’APPEP avec l’Enseignement supérieur.

Bertrand Nouailles propose quatre pistes principales pour renforcer le lien entre les collègues de l’enseignement secondaire et ceux de l’enseignement supérieur, tous également professeurs de philosophie :

1. Rédiger une lettre adressée aux directeurs des départements de philosophie pour leur expliquer que l’association s’adresse à eux (il est suggéré d’offrir des exemplaires de la Revue, voire un abonnement d’un an gratuit pour les bibliothèques d’UFR) ;

2. constituer un annuaire des collègues qui font des recherches, par Académie. Le but est que les départements de philosophie des universités puissent faire appel à eux ;

3. demander aux Régionales de diffuser auprès de nos collègues les informations ou les programmes de journées d’études des centres de recherche des départements de Philosophie ;

4. proposer une « Journée de rentrée » commune entre le supérieur et le secondaire (en alternance).

En somme, il faut inviter nos collègues universitaires à s’impliquer, non seulement en adhérant, mais encore en s’engageant dans les Bureaux des Régionales et au Bureau National. L’APPEP s’adresse à eux comme aux collègues exerçant dans l’enseignement secondaire.

 

7. Organisation du travail du Bureau.

Nicolas Franck explique le temps considérable que lui a demandé le lancement du Prix lycéen du livre de philosophie, la réalisation d’un nouveau site, les échanges avec les auteurs et la publicité faite autour de cette initiative. La surveillance des forums et l’alimentation de la page Facebook du Prix s’annoncent également chronophages. Il demande qu’on l’aide dans la gestion du site internet de l’association. Simon Perrier accepte de contribuer au travail de mise en ligne des articles de la revue.

Il y aurait d’ailleurs une efficacité décuplée, si tous les membres du Bureau se chargeaient de projets spécifiques en combinant les compétences. Dans l’idéal, chaque membre du Bureau devrait être porteur d’un projet, sans attendre de consignes, et s’efforcer de trouver une stratégie collaborative pour mieux toucher nos collègues.

 

8. Choix d’une nouvelle maquette pour la revue et d’un nouveau logo pour l’APPEP.

En ce qui concerne la page d’accueil du site, le premier des deux logo finalistes a été choisi, après l’exposé que Nicolas Franck a fait sur ses nombreux avantages, autant en termes de lisibilité que de design, et après présentation de modèles de courrier et de simulation du site.

En ce qui concerne la nouvelle maquette de la Revue, la lettre phi (φ) bleutée a été plébiscitée, et le titre, L’Enseignement Philosophique, sera écrit sans effet ombré.

Quant au choix de la couleur, Simon Perrier a exposé sa préférence pour une même couleur (sauf le jaune !), servant à identifier la Revue. Mais, après un vote (10 voix pour), on décide d’alterner les couleurs d’une année sur l’autre et de commencer par le rouge. Cela aura l’avantage de la variété et, en outre, cela facilitera le classement des numéros. Nous verrons par la suite s’il faut abandonner certaines couleurs.

 

9. Évolution du site et organisation de la communication de l’APPEP.

 Nicolas Franck rappelle que de très nombreuses failles de sécurité rendent vulnérable le site de l’APPEP. Une modification interne va être effectuée, sans rien changer aux données actuellement visibles, mais qui garantira désormais une sécurité parfaite, et permttra à l’avenir de modifer aisément le site. C’est l’occasion de réfléchir à la réorganisation du site et à notre communication.

* Pour la réorganisation, on peut commencer par repenser la page d’accueil. Il est suggéré de créer des « encadrés » plus lisibles, permettant d’accéder directement à l’information. En priorité, il faudrait ajouter un cadre « Ressources/EMC ».

Nicolas Franck rappelle que le site a été conçu pour permettre d’en réserver une partie aux adhérents de l’association (accès par mot de passe), mais que nous n’avons jamais utilisé cette fonction, faute d’avoir défini un contenu spécifique. Il évoque le succès de l’APSES, qui met des cours à la disposition de ses adhérents. Mais l’APPEP n’a pas vocation à s’engager dans cette voie.

Marie Perret suggère de développer les liens et les pages des Régionales.

Quant aux ressources, Pierre Hayat annonce qu’il mettra à notre disposition une anthologie de la laïcité – geste hautement salué. Nicolas Franck annonce également que Didier Carsin mettra à notre disposition les enregistrements de ses cours sur la tolérance, thème traité cette année à Philopop, l’association populaire de philosophie qu’il a créée au Havre. Ces enregistrements trouveront leur place sur la page EMC du site de l’APPEP. Le Bureau le remercie vivement.

Patricia Verdeau propose également de contribuer à une page consacrée à la didactique.

Enfin Nicolas Franck annonce la mise en service d’une newsletter, enfin permise par la rénovation du site.

Chacun de nous est appelé à donner des idées et à signaler à Nicolas Franck ses suggestions pour améliorer le site.

 * En ce qui concerne notre communication et la diffusion de nos informations, il est crucial que nous ayons un outil au moins aussi performant que celui de nos homologues. C’est pourquoi les présidents des Régionales doivent constituer, dans les meilleurs délais, un tableau des adresses électroniques de tous les lycées où s’enseignent la philosophie dans leur académie, et l’envoyer ensuite à Nicolas Franck qui disposera ainsi du moyen de contacter « d’un clic » tous les lycées de France et, par là-même, tous nos collègues.

Il est donc demandé à tous les responsables de Régionales qui ne l’ont pas encore fait de relever l’identifiant des lycées dans l’annuaire des établissements que l’on trouve sur les sites académiques. Un message de Stéphane Clerjaud leur indiquera la marche à suivre.

 

10. Questions diverses.

 Jean-Louis Lanher évoque les Journées de formation de Langres, consacrées cette année au thème de « la religion ». Il demande que ces journées soient annoncées avant la période de correction du baccalauréat, qu’une publicité à la hauteur de l’événement en soit faite, et que les modalités d’élargissement de leur audience soient discutées et négociées avec les professeurs. Il se charge de proposer au Bureau un communiqué sur le sujet.

Didier Carsin a rappelé le soutien de l’APPEP à l’intersyndicale, et Marie Perret, le soutien de la Conférence à la manifestation contre la réforme du Collège du 10 octobre.

C’est sur ces différents appels que notre Bureau a été levé à 17 h 32.