Catégories L'Enseignement philosophique

Appel à contribution: la démocratie

Publié le

 

L’enseignement philosophique lance un appel à contributions pour un numéro thématique sur la démocratie.

Comme son nom l’indique suffisamment, la vocation de la revue est double. Elle accueille aussi bien des articles théoriques à destination de professeurs de philosophie du secondaire ou du supérieur, que des réflexions philosophiques sur l’enseignement. Ainsi l’approche du thème peut porter sur la démocratie comme objet de réflexion en philosophie politique, mais également sur l’ambition scolaire de penser et de promouvoir une véritable démocratisation de l’enseignement.

Thème central des nouveaux programmes d’EMC des classes terminales et technologiques, la démocratie est un objet d’étude que les professeurs de terminales ne manquent pas de rencontrer avec leurs élèves lorsqu’ils abordent les notions du programme qui s’inscrivent naturellement dans la perspective morale et politique.

Faut-il identifier la démocratie au gouvernement du peuple ou à un processus reposant sur l’invention de droits nouveaux et sur leur extension ? Y-a-t-il une relation de nécessité entre le libéralisme et la démocratie ou seulement une articulation historique contingente ? L’élection est-elle l’institution démocratique par excellence ? Le gouvernement représentatif est-il une modalité de la démocratie ou bien une forme de gouvernement essentiellement différente ?

Sur le champ scolaire, champ particulièrement sensible qui engage une dimension essentielle de la démocratie, le mot d’ordre, pour ne pas dire parfois le slogan, appelant à démocratiser l’école, a pu souvent servir, on le sait, ces dernières décennies, à justifier une entreprise de péjoration des savoirs et accompagner l’imposition de ce que Jean-Pierre Terrail identifie, pour le dénoncer, comme un nouveau « paradigme déficiatriste » en matière d’enseignement.

Peut-on penser une démocratisation de l’enseignement qui ne renonce pas à l’ambition de transmettre une culture véritablement substantielle aux élèves les plus fragiles ? Faut-il opposer le développement de l’esprit critique et la transmission des savoirs ? Inviter, comme on le fait souvent dans les instituts de formations des maîtres, les jeunes professeurs à renoncer à toute « logique de l’enseignement » pour promouvoir une « logique de l’apprendre » basée essentiellement sur les interactions entre élèves, favorise-t-il réellement la démocratisation de l’école ?

Ce ne sont là que orientations possibles de réflexion. L’Enseignement philosophique accueillera avec gratitude toute contribution abordant, d’un point de vue théorique ou depuis une approche pédagogique, ce thème de la démocratie et les enjeux moraux, politiques et scolaires qui lui sont liés.

Les articles ne devront pas dépasser les 30000 signes (espaces et notes comprises) et doivent être adressés au plus tard le 1er novembre 2022, à : revue@appep.net