?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Première table ronde

Quelles connaissances pour l’enseignement de la philosophie en classe terminale ? 

Marie Perret, vice-présidente de l’APPEP

Ces deux tables rondes seront l’occasion de parler de ce que nous faisons en classe. De la façon dont nous concevons notre enseignement en général – ses fins, ses contenus, les effets que nous en attendons sur les élèves – et de la façon dont nous mettons concrètement en œuvre cet enseignement, en « faisant la classe », c’est-à-dire en faisant cours et en faisant travailler les élèves. Mais elles seront aussi l’occasion d’identifier les difficultés voire les obstacles que nous pouvons rencontrer dans notre enseignement.

L’Appep s’est toujours préoccupée de « pédagogie », c’est-à-dire de la transmission de l’enseignement de la philosophie dans ses modalités concrètes. En témoigne la grande richesse des articles publiés dans la Revue L’Enseignement philosophique, lesquels, dès les années 50, exposent des cours, examinent les principes de notation des copies, s’interrogent sur l’usage que le professeur peut faire des textes courts, proposent des fiches de vocabulaire philosophique, etc. Ces ressources nombreuses, diverses et précieuses sont pour certaines déjà disponibles sur notre site. À l’occasion de sa refonte, qui est actuellement en cours, nous avons décidé de l’enrichir encore de nouvelles publications et de les mettre à disposition de nos adhérents.

Pour introduire ces échanges, nous vous proposons d’entendre, pour chacune de ces tables rondes, trois communications. Nous les avons souhaité brèves, pour ménager à chaque fois une demi-heure de discussion. Il importe que la parole puisse circuler et que nous puissions nous instruire mutuellement des expériences, des constats et des réflexions des uns et des autres.

La première table ronde sera consacrée à la question : quelles connaissances pour l’enseignement de la philosophie en classe terminale ? Les élèves des classes terminales apprennent des choses en cours de philosophie. Ce constat pourrait paraître trivial. Mais il nous a semblé utile de le rappeler. En effet, depuis quelques années déjà, se diffuse l’idée selon laquelle la philosophie est partout ; que n’importe qui peut enseigner la philosophie ; que n’importe qui peut la recevoir, dans n’importe quelles conditions. Il importe donc d’examiner en quoi la classe terminale est, pour l’enseignement de la philosophie, un moment à la fois crucial et spécifique. De quoi les élèves s’instruisent-ils en cours de philosophie ? De quoi manqueraient-ils s’ils n’avaient pas reçu cet enseignement ? Qu’y apprennent-ils qu’ils ne peuvent apprendre ailleurs ?

Le programme de 2003 assigne à cet enseignement un objectif : favoriser l’accès de chaque élève à l’exercice réfléchi du jugement et leur offrir une culture philosophique initiale. Si ces deux finalités sont apparemment distinctes, le programme précise qu’elles sont en fait substantiellement unies. Sans l’exercice réfléchi du jugement, la culture que les professeurs transmettent à leurs élèves serait en quelque sorte aveugle, elle n’aurait aucun caractère philosophique ; mais sans des contenus déterminés, le jugement serait vide. Didier Brégeon, qui enseigne au lycée Henri-Cornat de Valognes, se demandera comment concilier l’exercice du jugement et la transmission d’une culture philosophique initiale.

La philosophie, en classe terminale, a un caractère élémentaire. Si son enseignement porte sur des notions et des auteurs, sa vocation n’est ni encyclopédique ni éclectique. Il ne s’agit ni de feuilleter, comme dans un catalogue, les différentes philosophies, ni d’exposer, comme le voulait Victor Cousin, un système composé de morceaux empruntés à divers systèmes. Que veut dire, alors, enseigner « la » philosophie en classe terminale, si enseigner la philosophie n’est pas enseigner des philosophies ? Alain Champseix, qui enseigne au lycée Maurice Genevoix d’Ingré, abordera ces questions en se demandant ce que peut apporter l’enseignement de la philosophie à des lycéens, c’est-à-dire à des non-spécialistes qui, pour la grande majorité d’entre eux, ne poursuivront pas des études de philosophie dans l’enseignement supérieur.

Dans le programme de 2003, les notions sont assorties de repères qui « précisent en enrichissent l’étude méthodique des notions ». Ces repères se présentent sous la forme de distinctions lexicales et conceptuelles accréditées dans la tradition et, à ce titre, constitutives d’une culture philosophique élémentaire. On sait ce que la découverte de la liste de ces repères, en début d’année scolaire, peut avoir de décourageant pour les élèves. Comment expliquer aux élèves leur utilité, voire leur nécessité ? Quel usage peut-on en faire en cours ? Comment rendre ces repères opératoires pour la pensée ? Jean-Pierre Carlet, professeur à l’Espé de Grenoble, nous expliquera l’importance du vocabulaire philosophique et montrera en quoi ces repères ne sont nullement un « jargon », mais des « jalons » permettant de s’orienter dans la pensée.

 

Suite du colloque...