Consultation des professeurs de philosophie sur la réforme du baccalauréat et du lycée

L’APPEP appelle l’ensemble des professeurs de philosophie à se prononcer sur le projet de réforme du baccalauréat et du lycée et sur ses conséquences pour l’enseignement de la philosophie.

Dès la mise en marche de ce projet par le ministère de l’Éducation nationale, l’APPEP a soutenu l’enseignement de la philosophie avec constance et détermination. L’horaire de 4 heures de philosophie au lycée général et le maintien d’une épreuve terminale n’avaient au départ rien d’évident.

Pour autant, malgré quelques concessions encore à confirmer concernant des enseignements dits de spécialité, l’APPEP ne peut que prévoir ses effets très défavorables pour l’enseignement de la philosophie.

Rien ne compense aujourd’hui la disparition d’un enseignement de 8 heures en filière littéraire, qu’il fallait rénover. Les contours flous de l’enseignement de « spécialité » ne permettront pas d’y assurer un enseignement philosophique.

La philosophie dans l’enseignement supérieur sera lourdement affectée.

L’épreuve terminale accordée à la philosophie est elle-même source d’une marginalisation de la philosophie, car elle ne sera pas prise en compte dans l’orientation et parce que le troisième trimestre paraîtra accessoire aux élèves.

Les conditions de travail des professeurs de philosophie, déjà très difficiles, seront de tout point de vue aggravées, au détriment de la qualité de leur enseignement.

Par cette consultation, l’APPEP, qui refuse de longue date d’être l’outil de fins qu’elle n’aurait pas déterminées elle-même avec les professeurs de philosophie, invite les professeurs à se prononcer et à réagir collectivement pour permettre un avenir à l’enseignement de la philosophie. 

 

La consultation est ouverte jusqu'au 25 août 2018. Un rapport sera publié sur le site de l'APPEP au début du mois de septembre.

 

 

Il y a 27 questions dans ce questionnaire.