?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Appel pour l’enseignement de la philosophie

Motion du bureau national de l’APPEP contre la diminution des postes offerts aux concours de recrutement de professeus de philosophie

Le samedi 25 mars 2006

À trois mois seulement des concours, pendant les congés de noël et alors qu’ils étaient depuis longtemps inscrits et engagés dans une difficile préparation annuelle, les étudiants candidats aux concours externes de recrutement de professeurs de philosophie ont appris que le peu de place offert à ces concours serait diminué cette année de 39% pour le capes et de 36% pour l’agrégation. Qu’on en juge : 47 postes offerts à l’agrégation de philosophie soit le chiffre le plus bas en 20 ans ; 30 postes au CAPES, soit 8 fois moins qu’il y a dix ans. Une telle politique, indifférente à la réalité des besoins à long terme, contribuera mécaniquement à l’aggravation de la précarité dans l’Education nationale. Le Ministère de l’Education nationale a, certes, habitué de longue date les étudiants de toutes les disciplines à une absurde politique de recrutement à court terme (ainsi diminue-t-on les postes offerts au moment même où les besoins vont augmenter, du fait de départs massifs à la retraite dans les années à venir) et n’a jamais honoré la promesse souvent réitérée d’un recrutement pluriannuel. Mais, s’agissant de la philosophie, c’est une autre perspective qui se fait jour : celle d’un processus continu de diminution qui menace l’existence même d’un enseignement philosophique aussi bien à l’université que dans l’enseignement secondaire, une spécificité française dont notre République a pourtant su longtemps s’enorgueillir. Comment la diminution brutale des postes offerts au recrutement ne découragerait-elle pas les étudiants à moins de trois mois des épreuves ? Comment ne dissuaderait-elle pas les futurs étudiants en philosophie de persévérer dans cette discipline ? Comment ne conduirait-elle pas à la disparition de départements de philosophie dans certaines universités, compromettant par là-même l’égalité des chances au concours ? Consciente de la menace qui pèse sur l’enseignement de la philosophie en France et attachée à son existence, l’APPEP demande aux autorités compétentes de revenir sur une décision qui contredit les fins et les objectifs que la République doit se donner dans l’Education nationale pour rester elle-même.

Motion votée à l’unanimité