?

Aide à la visualisation


Visualisation

Plein écran :
F11


Taille des caractéres

Augmenter :
Ctrl (pomme) (+) +

Diminuer :
Ctrl (pomme) (+) -

Les positions de l’association

Lycées

Classes préparatoires

Formation et recrutement

Universités et recherche

Conclusion

 

Lycées

L’Association défend le principe d’un enseignement de la philosophie en classe de Terminale qui soit avant tout un enseignement philosophique, c’est-à-dire qui subordonne l’acquisition de connaissances à l’apprentissage et à l’exercice de la pensée et de la réflexion critique. C’est pourquoi elle défend le principe selon lequel un programme véritablement philosophique ne peut être qu’un programme de notions, complété d’une liste d’auteurs. Elle a en ce sens combattu l’introduction de questions de cours dans le programme des années scolaires 2001-2002 et 2002-2003. Elle approuve l’esprit et les principes du nouveau programme qui entre en vigueur à la rentrée 2003.

Attentive aux conditions d’un tel enseignement, elle a toujours défendu le principe suivant : pas plus de quatre classes par professeur, pas moins de quatre heures par classe. Elle est opposée à toute réduction de l’horaire de philosophie dans les classes terminales et particulièrement en section littéraire. Elle a obtenu  le rétablissement de la huitième heure dans cette série et milite pour que l’horaire hebdomadaire des séries économiques et scientifiques soit porté à quatre heures élève dont une dédoublée (cinq heures professeur). Elle soutient l’idée d’un dédoublement sans conditions de la seconde heure dans les séries technologiques. Elle réserve son jugement sur l’introduction dans les classes terminales d’une Education Civique, Juridique et Sociale et de Travaux Personnels Encadrés, mais souligne qu’en tout état de cause, la participation des professeurs de philosophie à ces enseignements ne saurait être que volontaire.

Elle considère que la dissertation et l’explication de texte sont les seules formes d’évaluation écrite cohérentes avec un enseignement philosophique. Particulièrement soucieuse des conditions de la correction de l’épreuve écrite du baccalauréat, elle veille à ce que le nombre des copies proposé à chaque correcteur reste raisonnable et, si celui-ci devait augmenter, elle n’hésiterait pas à demander le retour à l’anticipation de l ‘épreuve de philosophie.

Elle rappelle son attachement à une formation continue des enseignants de philosophie et souhaite que celle-ci soit le plus souvent possible proposée à leur propre initiative.

Classes préparatoires

L’Association affirme à nouveau son attachement aux Classes préparatoires aux grandes écoles. Ces classes dispensent un enseignement de haute teneur qui s’inscrit directement dans le prolongement des études du second cycle. Leur recrutement démocratique, fondé sur le mérite, permet à tous les élèves désireux de poursuivre une formation polyvalente et généraliste de bénéficier d’un encadrement et d’un suivi pédagogiques de qualité. Ces classes, dont programmes et concours sont nationaux, ne nuisent nullement à l’Université, davantage axée sur la spécialisation et la recherche. Les élèves de ces classes viennent souvent, au terme de leur cycle, rejoindre l’Université en lui apportant le bénéfice de leur formation.

Formation et recrutement des enseignants

L’Association demande:

– que les concours de recrutement du second degré demeurent nationaux dans le cadre de disciplines précises : en aucun cas leurs lauréats ne sauraient être appelés à enseigner dans des disciplines autres que celle dans laquelle on a reconnu leurs compétences ;

– que la préparation des concours de recrutement des premier et second degré comporte au moins une année universitaire complète ;

– que les jurys des concours de premier et de second degrés comprennent des enseignants ayant participé à la préparation de ces concours ;

– d’être consultée par le ministère de l’Education Nationale, en ce qui concerne l’agrégation et le CAPES de philosophie, sur les programmes de recrutement, le nombre et la nature des épreuves, la composition des jurys, la forme et la diffusion des rapports des concours ;

– que les concours de recrutement du premier degré ainsi que leurs programmes et leurs modalités de préparation deviennent nationaux ;

– d’être consultée par le ministère de l’Education Nationale sur le rôle et la place de l’enseignement philosophique (philosophie de l’éducation, épistémologie, déontologie, etc.) dans la préparation et dans les épreuves des concours du premier degré ainsi que dans la formation des professeurs stagiaires des premier et second degré.

Université et recherche

L’APPEP regroupe tout naturellement les professeurs de philosophie exerçant à l’université.

Elle facilite les échanges avec les collègues du second degré et des classes préparatoires, notamment dans le cadre d’actions de formation continue, en liaison avec l’inspection.

Ces échanges se développent encore dans la préparation aux concours nationaux de recrutement des professeurs de philosophie.

L’APPEP est attachée à la présence active des universitaires dans les jurys du baccalauréat. Elle manifeste ainsi son grand attachement à cet examen, premier grade de l’enseignement supérieur.

Enfin l’APPEP veille à l’unité entre l’enseignement et la recherche, notamment par le truchement de sa revue.

« Si tant est que la philosophie est encore nécessaire, ce sera comme par le passé en tant que critique, en tant que résistance à l’hétéronomie envahissante, ne serait-elle qu’une tentative impuissante de la pensée à rester maîtresse d’elle-même, et à dénoncer suivant ses propres critères de fausseté toute nouvelle mythologie, ou acquiescement aveugle et résigné. »

Adorno, A quoi sert encore la philosophie, in Modèles critiques, Payot

 Le tract de l’APPEP

DOSSIER : IUFM, ESPÉ ET PHILOSOPHIE

Soucieuse de l’importance de la formation des maîtres et inquiète de la réduction de la place de la philosophie dans cette formation, l’APPEP a engagé une réflexion et des propositions dont témoignent les textes suivants élaborés par ses membres:

– APPEP-Philosophie et ESPE-Formation des professeurs  Tract de l’APPEP concernant les ESPÉ – 2/4/13)

– CR Rencontre APPEP – MESR – place de la philosophie dans les ESPE  (19 mars 2013)

– Former les maîtres à l’université : enjeux pour la recherche (Charles Coutel, Université d’Artois, Centre Ethique et Procédures)

– Pour de véritables établissements supérieurs de formation des enseignants (Alain Champseix, IUFM d’Orléans-Tours))

– Propositions pour un nouveau cahier des charges définissant la formation des stagiaires en IUFM (Alain Champseix, IUFM d’Orléans-Tours)